Vole, noeud papillon ! VOLE !

IMG_5600

En 1994, je suis entré pour la première fois dans un restaurant dans le but d’y travailler. Je venais de m’établir à Montréal après un séjour de trois mois au Mexique que j’avais fait quelque temps auparavant. J’entrais dans ce resto avec la forte envie de devenir serveur. Je n’avais aucune expérience. Vraiment aucune. Je ne savais même pas par quoi il fallait commencer quand on servait un client. Mais je m’étais dit que puisque j’allais moi-même manger au resto à l’occasion, je n’avais qu’à faire la même chose que ceux qui me servaient. Et j’ai été engagé. J’ai commencé le lendemain. Après trois jours de formation (on m’avait dit deux semaines !!!!!), on m’assignait ma section et voilà, je commençais ma carrière de serveur.

À l’époque, j’étais entré dans ce métier « en attendant ». Je me disais, avec toute la fougue de ma vingtaine, que ma carrière de comédien et d’animateur était sur le point d’exploser de toute façon et que ce job était pour m’aider à me rendre jusqu’à mon but…dans quelques mois…

J’ai célébré mes vingt ans de carrière en 2014. Oui, vingt ans à avoir été serveur, toujours en attendant qu’il se passe autre chose. Au travers les désirs, les rêves, les auditions manquées, les rôles ici et là, la figuration dans de grosses productions américaines, la troupe de théâtre que j’ai mis sur pieds, les court-métrages non rémunérés, les refus que je ne compte plus et toutes les autres jobs, j’ai servi des milliers de personnes. J’ai même été dans les meilleures vendeurs dans l’un des restos où j’ai travaillé : $250 000 de vente en un an. Pas pire hein ? Ouais ! Vraiment pas pire ! Mais ça n’a tellement aucune importance pour moi…

Vingt ans plus tard, j’attends encore. Et ce n’est pas faute d’avoir essayé, de m’être battu, d’avoir manqué des jours de travail pour des tournages qui m’apportaient définitivement plus de plaisir que les centaines de dollars que je pouvais faire en vendant des « pétates » et de la bière à profusion. Vingt ans à attendre pendant que je regardais certains de mes collègues réussir dans des métiers qui leur plaisaient vraiment et pour certains, dans ce même métier que je chérissais tant et qui , peut-être, est aussi entrain de m’attendre…

Voilà que cette année, pour célébrer mes vingt ans de service, j’ai choisi de ne plus faire ça. J’arrête pour de bon ! J’ai tout essayé pour trouver du réconfort dans ce monde magnifique qu’est la restauration. J’ai changé de restaurant, je suis devenu gérant, j’ai servi pour des banquets, des événements spéciaux, des partys privés et non, y a plus rien qui m’attire. Pas même l’argent. J’ai fait le tour plusieurs fois. Et surtout, je réalise que mon petit cerveau pense que lui et moi, nous sommes toujours entrain d’attendre. Et c’est le cas.

Je sais très bien que pour faire de la place, on doit aussi faire du ménage, faire le vide. Je le fais dans mes tiroirs, pourquoi pas dans ma Vie professionnelle ? J’ai vécu de bien belles années à faire ce métier. J’ai fait de belles rencontres, je m’y suis amusé comme un enfant, j’ai dépassé des limites et j’avais, malgré tout, un public à divertir.

Mais aujourd’hui, je dis : vole nœud papillon ! vole ! Et vole comme tu n’as jamais volé avant…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s